Exposition. Spirit of the letter de Larbi Cherkaoui

L’artiste plasticien Larbi Cherkaoui montre pour la première fois ses œuvres, lors d’une exposition individuelle du 9 février au 12 mars 2021, à L’Atelier 21. Intitulée « Spirit of the letter », cette exposition est dédiée au mystère de la lettre, haussée au rang d’un motif à la fois spirituel et plastique.

 

 

Connu pour sa démarche artistique fondée sur l’hybridation de la calligraphie arabe traditionnelle et des Beaux-Arts, le plasticien marrakechi Larbi Cherkaoui qui se distingue par sa capacité à utiliser des supports traditionnels où s’entremêlent majestueusement calligraphie arabe et gestuelles abstraites, sublime la lettre arabe en la rendant divinement spirituelle.

Pour le critique d’art Abderrahman Benhamza, « Le lettrage de Larbi Cherkaoui se veut sobre, allusif, parfois effacé, rarement citationnel, encore point décoratif. Vouloir reconnaître chez lui de la matière écrite, cela est possible à travers la tournure alphabétique ; certains mots se prêtant à la lisibilité produisent même un simulacre de sens… Pourtant, ce n’est pas le but pour Cherkaoui qui n’« écrit » pas ses lettres ; son langage est d’abord plastique, il est à valoriser dans sa belle et ample gestualité. »

 

 

 

 

L’artiste, qui au départ ne vise que l’aspect matériel de ses motifs, s’attend à les voir déboucher sur des résolutions autrement plastiques. Transformée, désincarnée, la lettre, irréductible à la seule consommation intellectuelle, retourne à sa forme essentielle qui est non verbale, elle s’abstrait à tout pragmatisme circonstanciel, pour n’être plus qu’esprit mouvant dans l’espace uni et éthéré du tableau/monde.

 

 

Larbi Cherkaoui

 

 

Né en 1972 à Marrakech, Larbi Cherkaoui a obtenu un diplôme d’arts appliqués. Le travail lent, patient et méticuleux est hissé au rang de sacerdoce pour cet artiste pour qui réaliser une œuvre plastique est une forme de prière.

Artiste calligraphe à l’origine, Larbi Cherkaoui a gardé intacte sa passion pour cet art, même lorsqu’il a expérimenté de nouveaux matériaux, résolument contemporains. La peau est le support privilégié de l’artiste. Certaines de ses œuvres récentes se présentent comme des puzzles ou encore de petits rectangles recouverts de peau, que l’artiste teint au henné́ pour créer des compositions où des lettres enchevêtrées imposent de la présence, apanage des artistes habités.

 

LIRE AUSSI :

Marrakech. Quand l’Art s’invite au Palmeraie Rotana Resort

laissez un commentaire